Aujourd’hui, 2 janvier 2017, Vélo Végé fête sa première année d’activité.

Plutôt que de vous servir une soupe édulcorée, tiédasse, avec des additifs de « fausse joie », j’aimerai fêter cette année avec un dessous des cartes HONNÊTE.

J’aurais aimé trouver l’envie de sauter de joie ce matin. En vérité, je me suis un peu renfermé dans un tourbillon de pensées qui oscillent entre : « je veux voir plus grand pour VV, développer tout ça, m’associer à 1 ou 2 personnes » « je veux paaaaaaas y aller » « attends, j’ai une autre idée » « mais quel monde de fou, je me barre en autonomie, tiny house, permaculture et c’est parti »

Sans rire (enfin si, tu peux rire quand même) c’est vraiment ce qui se passe dans ma tête en permanence.
Je me dis : « seulement 1 an, regarde tout ce que tu as fait, regarde tous tes clients, les rencontres que tu as faites, tout ce que tu as appris sur toi mais aussi sur le monde qui t’entoure, l’argent qui rentre dans la caisse…»
Comme je le disais fin décembre, je suis content de ce qui a pu être accompli. MAIS je ne peux m’empêcher de regarder de l’autre côté, et voir tout ce que je souhaiterais encore faire. Je ne trouve pas la force et la motivation de prendre les décisions et les actions auxquelles je crois.
Je suis le premier à penser qu’il faut prendre du recul. Mon esprit ne trouve pas l’équilibre qui me permettrait de savoir où je veux aller et d’y mettre toute la détermination nécessaire. Peut-être est-ce passager, le froid, la rentrée, la solitude de l’auto-entrepreneur… je ne sais pas trop…
Du haut de mes quelques responsabilités j’ai parfois le vertige. Voilà la vérité anniversaire que je vous offre. Et croyez-le ou non, mais derrière nombre de posts et de photos de vos contacts sur les réseaux se cache cette vérité. La famille, le boulot, la société, le couple et d’autres n’ont même pas la chance de se soucier de ce genre de détails… ils ont encore trop froid et trop faim ou trop de bombes sur leur tête pour y penser… Malgré que ce vertige soit un luxe, il est présent.

JE NE VOUS SOUHAITE PAS UNE BONNE ANNÉE.
Je préfère sincèrement vous souhaiter de trouver le temps de vivre votre vie, de trouver des gens avec qui la partager. Je vous souhaite de trouver l’énergie d’être vous et d’incarner « le changement que vous voulez voir dans ce monde », comme disait Gandhi, un pote à moi 😉
Avancer, élever un peu le débat et faire sa part, même maladroitement…

Je garde la foi. Je serai de retour probablement mercredi, le temps de régler quelques détails.